• Bonjour,

    Je vous presente ici le 1er chapitre de mon roman.

    Bonne lecture

    Anna

     

     

    En attendant Petibout...

    C'est une belle journée d'automne et il fait beau quand vous ouvrez vos volets ce matin-là. Le soleil joue avec les nuages, le vent souffle en faisant frémir les feuilles. Aujourd'hui est une journée pour annoncer les bonnes nouvelles. Car oui, c'est officiel, vous avez envie de le crier : vous êtes enceinte. Triomphante, vous avez passé avec succès les épreuves des premiers mois : nausée (et hop ! envolés les kilos en trop récupérés à la fin de l'été), l'angoisse de la fausse couche, l'angoisse de la première échographie (quoi ? Cette crevette est mon bébé ?). Ainsi, vous avez pu voir pour la première fois le merveilleux résultat du mélange génétique entre votre conjoint et vous.

    Oui, vous pouvez être fière de vous. Surtout que vous avez lu qu'au cours du second trimestre, vous allez retrouver votre énergie et que vous allez (enfin) vous épanouir dans votre grossesse. Enfin, c'est surtout votre ventre qui va s'épanouir. Ainsi dans quelques mois, quand vous vous assiérez sur une chaise, vous aurez l'impression d'être une baleine échouée sur une plage. Petibout prendra tellement de place que vous vous demanderez ou sont passés vos organes. Le moindre mouvement vous essoufflera (et hop ! disparus les poumons), vous irez aux toilettes toutes les heures (et hop ! disparue la vessie) et souvent après les repas vous sentirez comme un poids sur l'estomac (et hop ! disparu le système digestif). Tout ça pour que Petibout puisse s'épanouir en vous. 

    Mais ce que vous ne vous imaginiez pas en tombant enceinte c'est que votre corps ne vous appartiendrait plus. Ainsi, lors d'un repas de famille, vous avez dû prendre sur vous lorsque tata Odette a foncé sur votre ventre pour le toucher (sans vous demandez la permission) en s'exclamant : "Oh! C'est beau ! Il paraît que ça porte bonheur", ce à quoi vous avez répondu avec un sourire forcé : "j'en ai de la chance alors !"

    Vous avez dû affronter votre père qui n'a parlé qu'à votre ventre : " Bonjour mon bébé ! Et comment ça va là-dedans ? Ta maman te nourrit bien ? Il fait assez chaud ?" et vous de lui dire : " heu, papa, c'est à mon ventre que tu parles là,  moi je suis au-dessus"

    Mais tout cela n'est rien. Le pire reste les examens médicaux. Vous saviez que la gynécologue et l'obstétricienne voudraient vous regarder sous tous les angles (et hop ! On vérifie que le col est bien fermé!") Mais ce que vous n'aviez pas prévu c'est de devenir un sujet d'étude pour tous les étudiants de la région. Ainsi, après l'obstétricienne, c'est l'étudiante en gynécologie qui se fait la main sur vous. Puis vient le tour de l'élève sage-femme puis de l'aide-soignante stagiaire. Bref, tout le staff étudiant connait votre anatomie, il faut qu'ils apprennent vous a-t-on dit, ok, mais s’ils pouvaient apprendre avec quelqu'un autre, ça vous arrangerait.

    Il faut ensuite rassurer les futurs grands parents 

    " Mais oui belle maman, tout va bien !

    - Tu es sûre 

    - Mais oui.

    - Non mais c'est parce que tu es a trois semaines du terme et moi, j'avais déjà eu mon fils à ce moment-là"

     

    Quand à une semaine du terme, Petibout toujours bien au chaud dans votre ventre, vous entendrez : " Et tu n'as toujours pas accouché ?" Vous n'aurez qu'une envie : partir en courant. Des millions de fois vous entendrez cette question qui vous donnera l'impression de couver votre œuf trop longtemps comme si Petibout allait dépasser la date de consommation recommandée à cause de vous.  

     

    Car qu'on se le dise, vous n'y êtes pour rien, c'est lui qui décide tout le monde sait cela, mais ça ne vous empêchera pas d'entendre les remarques du style :" faudra bien qu'il sorte, tu ne pourras pas la garder tout le temps ainsi."

    On vous offrira les pires cadeaux du monde (c'est peut-être pour ça qu'il ne veut pas sortir ce bébé), la vieille couverture râpeuse qui se passe de génération en génération dans votre famille, un vieux pyjama ayant appartenu au futur papa (s'était son préféré !). Votre maison va vite devenir un mélange entre un magasin spécialisé pour bébé et un vide grenier. Bon, ne vous plaignez pas parce qu’après l'arrivée de Petibout c'est une succursale de magasin de jouet qui envahira votre intérieur

    C'est à ce moment-là que vous réalisez qu'attendre un enfant n'est pas simple et que le plus compliqué à gérer ce n'est pas la nausée, les vergetures (tient, vous ne saviez pas que vous aviez une veine ici ?), ni même l'accouchement en lui-même. Le plus compliqué, c'est la famille, que l'on ne choisit pas.

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Mai 2014 à 09:37

    Ce texte est très beau et bien écrit. On entre vraiment dedans, on arrive à se mettre à la place du personnage. Et c'est tellement vrai ...

    Bonne continuation à toi dans ce beau projet :) 

    2
    Jeudi 29 Mai 2014 à 12:59
    3
    Dimanche 1er Juin 2014 à 13:25

    J'adore ! C'est super bien écrit et j'aime beaucoup le ton ironique ;-)

    4
    Vendredi 20 Juin 2014 à 18:43

    Je peux m'inscrire ?

    5
    linconnu
    Samedi 6 Décembre 2014 à 03:12

    tu as du talent et je voir en toi un futur grand critique!!!!!!!!!!!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :