• Seuls, Wajdi Mouwad

    « On s'imagine que là, on vit le brouillon et qu'ensuite on aura le temps de recopier au propre, mais la vie c'est le propre. »

    « Quand j'étais petit, je voulais peindre tout le ciel sur ma toile, pour pouvoir compter les étoiles tranquillement dans ma chambre ensuite. »

    Jeudi 29 Janvier, je suis allée voir la plus magnifique pièce que j'aie jamais vue : Seuls, écrit, mis en scène et joué par Wajdi Mouawad, un homme de théâtre libanais.

    Harwan, 30 ans, est sur le point de finir sa thèse qui lui a demandé tant d'acharnement. Mais il ne trouve pas de conclusion et s'apprête à rencontrer Robert Lepage, sujet de sa thèse; on le fait voyager de Montréal à Saint-Pétersbourg; entretemps, son père tombe dans le coma. Harwan se place à son chevet et se remémore tous ses souvenirs d'enfance, lorsqu'il s'exprimait à travers la peinture, lorsqu'ils ont fui le Liban et qu'il a perdu son arabe. C'est Wajdi Mouawad qui se cache derrière les paroles de cet étudiant à la recherche de son identité.

    En bref, une introspection formidable, qui touche à tous nos sens, qui nous jette de l'eau glacée à la figure. En utilisant le geste, les mots, la musique, l'image et la peinture, Wajdi Mouwad nous tend la main vers son monde, un monde magique, surréaliste et touchant de beauté.

    Quelques extraits

    Interview de Wajdi Mouawad au Festival d'Avignon

    Je suis amoureuse de cette pièce, et pour moi Wajdi Mouawad a effectué un coup de génie; c'est une pièce poétique, belle et philosophique, qui nous emporte et ne veut plus nous lâcher, c'est tout un monde créé par un unique acteur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :